Crédit photo en-tête de page : Christophe Recoura

Comment nous luttons contre le harcèlement dans les transports

Combattre les atteintes sexuelles est une priorité. Avec Île-de-France Mobilités et la RATP, nous avons mis en place de nombreuses mesures pour lutter contre le harcèlement dans les transports en commun. Revue de détail.

Publié le | Mis à jour le

Lecture 4 min.

Une atteinte à nos libertés

87% des usagères des transports en commun, dont 53% résident en Île-de-France, déclarent avoir été victimes de harcèlement lors de leurs déplacements1, qu’il s’agisse de harcèlement sexiste et sexuel, d’agressions sexuelles ou de viols.

Ce chiffre glaçant témoigne du fait que, pour les femmes, ce type de violence est une réalité au quotidien.

  • 3,5

    millions de voyageurs par jour sur le réseau Transilien

  • 87 %

    des femmes ont déjà été victimes de harcèlement dans les transports

Nos trains et nos gares Transilien sont le décor de la vie quotidienne de 3,5 millions de personnes chaque jour, ils font partie des lieux où des attitudes inacceptables s’expriment. Il est important pour moi de dire aux femmes victimes et aux témoins de harcèlement, que ce qu’ils subissent n’est pas tolérable, et que je mettrai tout en place chez Transilien SNCF pour lutter contre ce fléau.

Sylvie Charles, directrice Transilien
  • 6

    femmes sur 10 craignent une agression dans les transports franciliens.

  • 46 %

    des femmes ont été dans une situation où elles n’ont pas réagi ou pas pu réagir.

Renforcer nos dispositifs contre le harcèlement

Des actions concrètes ont donc été engagées, depuis plusieurs années, afin de lutter contre le harcèlement dans les transports en commun en région parisienne.

Découvrez notre arsenal de mesures, en partenariat avec Île-de-France Mobilités et la RATP.

1 000 agents en plus

La présence humaine sur l’ensemble du réseau a été augmentée via le recrutement, financé par Île-de-France Mobilités, de près de 1000 agents supplémentaires aussi bien à la SNCF, à la RATP qu’au sein du réseau de bus OPTILE, soit 50% de personnel en plus.

Des agents mieux formés

En 2017, nous avons lancé, avec la MIPROF (Mission Interministérielle de la protection des femmes victimes de violences), un programme pour former les agents SUGE2 et les agents des gares. Le but ? Leur apprendre à mieux prévenir et réprimer les violences, mais également à prendre en charge, écouter, conseiller et orienter les victimes de violences dans les transports publics du réseau ferré national.

D’autres initiatives ont été mises en œuvre en 2021 :

  • une campagne de sensibilisation des délégués sûreté des lignes Transilien aux atteintes à caractère sexuel
  • la création par la RATP et Île-de-France Mobilités d’un nouveau dispositif de prise en charge des victimes afin de mieux les accompagner

6 000 agents Transilien luttent contre les incivilités au quotidien.

La vidéoprotection

En complément de la présence humaine renforcée, nous développons, avec Île-de-France Mobilités et la RATP, la vidéoprotection.

Aujourd’hui, plus de 80 000 caméras de vidéoprotection sont actuellement opérationnelles dans les transports en Île-de-France (métros, trains, trams, stations, gares, bus…) et 100% des stations de métro, gares ferroviaires, bus et tramways sont vidéo-protégés, en attendant que l’ensemble des trains et métros soient équipés, au fur et à mesure des remplacements.

Enfin, à la fin de l’année 2021, un Centre régional de Coordination Opérationnel de sécurité (CCOS) rassemblera tous les personnels dédiés à la sûreté des voyageurs franciliens (police, gendarmerie, opérateurs) sous l’autorité du Préfet de police pour une meilleure efficacité sur le terrain. Île-de-France Mobilités finance ce projet à hauteur de 8,5M€.

Le numéro 3117 actif 24h/24 et 7j/7

Vous souhaitez signaler un acte de délinquance ou une situation qui présente un risque pour un voyageur ? Contactez notre numéro d’alerte 3117. L’alerte est reçue en quelques secondes par les opérateurs dans un centre de gestion des appels qui fonctionnent 7j/7 et 24h/24. Il est également accessible depuis l’application smartphone « Alerte 3117 » ou par SMS au 31177.

En savoir plus

La descente à la demande pour les bus

Ce service développé par Île-de-France Mobilités consiste à vous offrir la possibilité, en soirée, de descendre entre deux arrêts de bus, afin de vous rapprocher de votre destination.
70 lignes de bus de grande couronne sont aujourd’hui concernées par ce dispositif. D’ici 2022, Île-de-France Mobilités va le déployer sur l’ensemble des lignes circulant après 22h.

Le programme Stand Up ouvert à tous

Lancé par L’Oréal Paris, l’ONG Hollaback! et la Fondation des Femmes3 en partenariat avec la SNCF, la RATP et Île-de-France Mobilités, Stand Up a pour but de sensibiliser et de former le plus grand nombre aux situations de harcèlement. En 20 minutes, on vous apprend, lors d’ateliers, la méthode des « 5 D », des manières simples de réagir lorsque vous êtes témoin de harcèlement dans un lieu public. Ce projet a été lancé dans quelques gares franciliennes début 2020 et se poursuit désormais en ligne.

Vous souhaitez apprendre à réagir lorsque vous êtes témoin ou victime de harcèlement de rue ? Vous pouvez vous former directement sur le site ou participer aux formations live délivrées en format webinar d'une durée d'une heure.

En savoir plus sur la formation en ligne

Toucher 30 000 personnes en 18 mois, tel est l’objectif de Stand Up.

1 d’après une enquête réalisée en 2016 par la Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports (FNAUT)

SUGE : Surveillance générale

3 La Fondation des Femmes collecte des fonds auprès du grand public et des entreprises pour les redistribuer aux associations spécialisées dans les droits des femmes et la lutte contre les violences faites aux femmes.